Categories
Biographies France Union européenne

Jacques Delors: De la JOC à l’Union Européenne

Triste nouvelle que le décès, le 27 décembre 2023, de l’ancien président de la Commission européenne et architecte de l’Union économique et monétaire de l’Union européenne, Jacques Delors.

Dirigeant de la JOC et syndicaliste

Né le 20 juillet 1925, Jacques Delors a rejoint la JOC française alors qu’il était adolescent et a toujours considéré son expérience du mouvement comme essentielle.

“J’ai été à la JOC principalement de 1936 à 1940, puis après 1944. A cette époque, les grands problèmes étaient ceux de la classe ouvrière, de son rôle, de l’absence de chrétiens ou de l’absence de présence chrétienne dans ce monde.

“Et dès mon entrée à la Banque de France, j’ai adhéré au syndicat (Confédération Française de Travailleurs Chrétienne ou CFTC, puis Confédération Française Démocratique du Travail ou CFDT).

“En ce qui concerne mon appartenance syndicale, ma participation à la JOC m’a beaucoup appris car beaucoup d’amis n’ont pas eu la possibilité d’aller jusqu’au bout du lycée. Ils ont quitté l’école à l’âge de quatorze ou quinze ans.

“Tout cela m’a beaucoup appris sur les inégalités. Franchement, ma grande motivation, c’était la lutte contre les inégalités plus que l’Europe !

Jacques Delors a en effet été un dirigeant syndical actif lorsqu’il travaillait à la Banque de France, contribuant à la transformation de la CFTC d’un syndicat chrétien en une CFDT laïque.

Militant jociste et syndicaliste

Jacques Delors a en effet été un dirigeant syndical actif lorsqu’il travaillait à la Banque de France, contribuant à la transformation de la CFTC d’un syndicat chrétien en une CFDT laïque.

Cela reflétait avant tout sa croyance en l’autonomie du monde laïque, dans la lignée de Marc Sangnier et du mouvement Sillon, qu’il admirait beaucoup, ainsi que de la pensée du philosophe personnaliste Emmanuel Mounier.

Néanmoins, à la surprise de certains, voire de beaucoup, il continue à rester un catholique actif.

“Etre catholique, être croyant, pour moi, ce n’est pas important, c’est vital”, a-t-il déclaré un jour à France 5.

Architecte de l’unité européenne

En 1974, il rejoint le Parti socialiste. Élu au Parlement européen en 1979, il y siège jusqu’en 1981 et devient président de la commission des affaires économiques et monétaires.

Après l’accession de François Mitterrand à la présidence française en 1981, Delors est ministre de l’Économie et des Finances de 1981 à 1983, puis ministre de l’Économie, des Finances et du Budget de 1983 à 1984.

Néanmoins, c’est pour son rôle dans le développement de l’Union européenne que Jacques Delors restera dans les mémoires. En tant que président de la Commission européenne de 1985 à 1995, il a joué un rôle clé dans la formation d’un marché unique avec sa monnaie unique, l’euro.

Cet engagement en faveur de l’unité européenne reflétait à la fois l’expérience de son propre père, qui avait combattu dans les tranchées sanglantes de la Première Guerre mondiale, et l’influence, qu’il reconnaissait ouvertement, de Marc Sangnier.

Vers 2010, je l’ai moi-même entendu donner une conférence au centre original du Sillon, boulevard Raspail, à Paris, où il a parlé avec passion non seulement de tout ce que Sangnier et le Sillon avaient signifié pour lui, mais aussi de l’importance actuelle de cette tradition démocratique.

En 1999, beaucoup s’attendaient – et espéraient – qu’il accepterait d’être nommé candidat socialiste à la présidence française, nomination qu’il a déclinée. Je soupçonne que l’une des raisons de son refus a été de s’assurer qu’il ne compromettrait pas ce qu’il avait réalisé avec l’Union européenne, en particulier à une époque précédant de peu l’adoption de la monnaie unique.

Héritage

Dans un éditorial, le journal français Le Figaro a commenté :

On s’interrogera à l’infini sur ce que fût devenue la France sous la présidence de Jacques Delors. On le savait profondément chrétien, vivant sa foi au quotidien, sans ostentation. On le savait disciple d’Emmanuel Mounier, le théoricien – chrétien, lui aussi – du « personnalisme communautaire » visant à placer l’homme au cœur de tout dessein politique. On le savait modeste dans ses goûts et sa manière de vivre, travailleur acharné, aimant le pouvoir non pour ses vanités mais pour les moyens qu’il procure de faire avancer les choses. On le savait aussi non sectaire, dans un milieu où les idées toutes faites prennent parfois valeur de dogme.

Delors a été marié à Marie Lephaille jusqu’à sa mort en 2020. Leur fille, Martine Aubry, a été première secrétaire du Parti socialiste français de 2008 à 2012 et est maire de Lille (Nord) depuis 2001. Leur fils Jean-Paul Delors, journaliste, est décédé d’une leucémie en 1982 à l’âge de 29 ans.

Et, comme le souligne l’Agence France Presse dans une nécrologie publiée sur France 24, Jacques Delors a gardé “toute sa vie” des liens avec le JOC.

Stefan Gigacz

References

Jacques Delors (Wikipedia)

Economic and Monetary Union of the European Union (Wikipedia)

Interview de Jacques Delors (Paris, 16 décembre 2009) – Extrait: les origines de sa sensibilité pour la construction européenne (Luxembourg for Contemporary and Oral History/CVCE.eu)

Jacques Delors, influencé par Emmanuel Mounier (INA mediaclip)

Jacques Delors, figure de la gauche française et de la construction européenne, est mort (Figaro)

Jacques Delors, l’Européen, l’iconoclaste et le rendez-vous manqué de l’Elysée (France 24/AFP)

Jacques Delors, ancien ministre de François Mitterrand et président de la Commission européenne, est mort à l’âge de 98 ans (France Info)